Tunisia
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Menace sur les envois financiers des Tunisiens en Europe

La crise économique en Europe fait peser une grande menace sur les envois financiers des ressortissants étrangers dans les pays européens, et notamment sur ceux des Tunisiens résidant dans ces pays, qui contribuent pour une large part dans les ressources extérieures de leur pays.   

L’Office des Tunisiens à l’étranger (OTE) a exprimé ses inquiétudes face à la tentation chez les pays européens à promulguer une loi limitant les envois de fonds des résidents étrangers dans l’Union européenne vers leurs pays d’origine, appelant les autorités concernées à accorder à ce dossier la plus grande importance.

L’OTE a précisé dans un communiqué publié sur sa page Facebook officielle qu’il existe des pays européens qu’il n’a pas mentionnés qui cherchent à accélérer la mise en œuvre de cette loi pour restreindre les transferts de fonds des immigrés et contrôler ces flux financiers pour qu’ils ne sortent pas de l’UE.

Récemment, l’OTE avait appelé les institutions bancaires à faciliter les flux financiers des Tunisiens à résidents à l’étranger (TRE) et à réduire leurs coûts de manière à accroître la valeur de ces transferts et leur rentabilité dans l’effort national d’investissement.

Les envois de fonds des TRE ont connu un bond, devenant les premiers en termes de revenus en devises fortes, avant les recettes du tourisme et des exportations de biens et services.

Le directeur général de l’Office, Mohamed Mansouri, avait récemment mentionné dans un communiqué de presse que la valeur des envois de fonds des TRE s’est élevée à fin juillet dernier à 4,8 milliards de dinars, soit 20% des réserves en devises fortes, selon ses estimations.

L’OTE a également fait savoir récemment que la valeur des investissements des TRE s’est élevée en 2021 à près de 163 millions de dinars. Ces investissements ont été répartis entre 2 292 projets agricoles et 50 projets industriels, dont 66% pour les résidents en France, 9,5% pour ceux en Arabie saoudite, 7,3% pour ceux au Qatar et 4,9% pour ceux en Italie.

I. B.