Switzerland

Classiques d’hier et d’aujourd’hui se font écho

Au Grütli, les reprises cartonnent et font même concurrence aux nouveautés à l’affiche.

Le Grütli réunit jusqu’au 18 août les classiques d’hier et d’aujourd’hui.

Le Grütli réunit jusqu’au 18 août les classiques d’hier et d’aujourd’hui.

DR.

Depuis la reprise de l’exploitation des films en salles, timide en termes de chiffres, un curieux phénomène se produit. Ici comme ailleurs, du reste. Le cinéma de patrimoine, les classiques, qu’ils soient récents ou anciens, attirent davantage que les nouveautés pures et dures, il est vrai peu événementielles ces dernières semaines. On a notamment pu le constater aux cinémas du Grütli, et son nouveau directeur, Paolo Moretti, nous l’a confirmé. Depuis le 10 juin, les deux salles alignent des résultats d’autant plus enviables qu’ils concernent pour la plupart des films dont la carrière est terminée depuis longtemps. Comme si le public avait besoin de valeurs sûres pour se retrouver au cinéma. Ajoutons à cela que la programmation estivale des Grütli est attirante et panachée, que les cycles ne sont pas freinés, voire coupés, par des festivals qui s’y installent de gré ou de force (ce qui est souvent le cas en automne ou au printemps), et qu’entre deux nouveautés alléchantes – «Le sel des larmes» de Philippe Garrel ou le terrible «The Painted Bird» de Vaclav Marhoul (dernière séance samedi 8, ne ratez pas ce film choc) –, la rétrospective en cours attise les enthousiasmes.

Jusqu’au 18 août, un vaste programme réunit ainsi des classiques d’hier et d’aujourd’hui, instaurant un dialogue parfois curieux entre des œuvres qui souvent se font écho. Tout cela sans prétention, le choix des films n’étant pas destiné à illustrer une thématique foireuse ni à forcer la comparaison. Les échos en question sont généralement à prendre au premier degré. Ainsi, au récent biopic de Rupert Goold, «Judy», sur les derniers mois de Judy Garland, répond l’un des films les plus célèbres de l’actrice, ce «A star Is Born» signé Cukor en 1954. Opposé à ce dernier est aussi présenté le «A Star Is Born» de 2018, de Bradley Cooper, avec Lady Gaga, ce qui est un peu plus dur à avaler, mais qu’importe, car telle est la preuve que le cycle ne se cantonne pas au choix binaire.

Remakes, thèmes communs, sorciers d’hier – l’excellent «The Believers» de Schlesinger – contre sacrificateurs d’aujourd’hui – le poseur «Midsommar» d’Ari Aster –, mises en scène de la guerre, des «Sentiers de la gloire» à «1917», les films s’agencent dans un savoureux ballet qui n’a pas toujours besoin de logique pour séduire.

En temps normal, les sorties s’enchaînent également trop vite pour qu’on ait le temps de découvrir tout ce qui est digne d’intérêt. Les reprises récentes – éléments clés de ce cycle – comme «Le Traître» de Bellocchio, «Proxima» d’Alice Winocour, «Les Siffleurs» de Corneliu Porumboiu, «Le Daim» de Quentin Dupieux, ou même le palmé «Parasite» de Bong Joon-ho, refont un petit tour sur grand écran pour le bonheur de tous ceux qui n’avaient pas pu s’y arrêter. Surveillez les grilles, elles sont bien remplies.

Football news:

Ferencvaros wird zum ersten mal seit 1995 in der Champions League spielen. Es ist die längste Pause zwischen dem ersten und dem zweiten Auftritt
José Mourinho: was mit Dyer passiert ist, ist abnormal, er war dehydriert. Wenn es der Liga egal ist, ob es Spieler gibt, dann bin ich nicht Tottenham-Trainer José Mourinho
Er war während des Spiels auf der Toilette
Lampard über den Abstieg aus dem Ligapokal: wir Müssen das positive behalten. Alles wird kommen, wenn Chelsea das zweite Tor erzielt, während Chelsea-Trainer Frank Lampard die Niederlage gegen Tottenham kommentiert
Der Ruf der Natur, was du tun kannst. Dyer erklärte, warum er während eines Spiels gegen Chelsea in die Umkleidekabine lief
Mourinho und Lampard schüttelten vor dem Elfmeterschießen die Hände. In der ersten Halbzeit stritten Sie
Dest kam nach Spanien, um den Transfer zu Barça zu beenden