Switzerland

Commentaire: Un accord institutionnel moribond


L
e Conseil fédéral aurait toutes les raisons de déboucher le champagne. Ce dimanche, il lave la défaite de 2014 en gagnant contre lUDC sur la libre circulation des personnes avec l’Union européenne. Pourtant, on le sent bien, le gouvernement se garde de tout triomphalisme. Et il se réfugie dans la langue de bois quand on lui demande si on signera un accord-cadre avec l’UE dans les prochaines années ou à la saint-glinglin.

Cette extrême prudence s’explique par le chemin de croix qui attend le Conseil fédéral. Ce dernier répète à l’envi que la Suisse plébiscite la voie bilatérale. Le problème? L’UE ne veut plus de cette voie bilatérale, mais exige un accord institutionnel qui liera la Suisse aux décisions de la Cour européenne de justice. Ce fil à la patte n’effraie pas seulement l’UDC, mais aussi le Parti socialiste, qui craint des développements fâcheux sur le droit du travail, et la droite sur les aides sociales. Impossible, avec ce cumul d’oppositions, de convaincre une majorité de la population d’approuver un tel accord.

«On assiste en direct à un lent pourrissement des relations malgré les discours officiels»

Comme il est dangereux de dire franchement non à un mastodonte comme l’UE, le Conseil fédéral va jouer la montre en présentant une liste de revendications. On assiste donc en direct à un lent pourrissement des relations malgré les discours officiels. Si Bruxelles se raidit et prend des sanctions contre la Suisse, comme elle l’a déjà fait avec l’équivalence boursière, la situation va se dégrader. Et l’accord institutionnel, qui n’était déjà pas très frais, deviendra moribond.

Football news:

Héctor Herrera über das 0:4 gegen Bayern: Wir haben sehr gut mit der besten Mannschaft der Welt gespielt. Lassen Sie uns nicht abschreiben
Antonio Conte: die Borussia ist gut vorbereitet, Sie hat großes Potenzial. Inter konnte gewinnen
Guardiola über 3:1 gegen Porto: Guter Start. In der Champions League gibt es 5 Ersatzspieler, die Spieler haben sich ausgezeichnet gezeigt
Flick über Müller: Er ist der Nachfolger des trainers auf dem Platz. Thomas leitet die Mannschaft, treibt Sie nach vorne
Gian Piero Gasperini: Miranchuk hat gerade erst mit dem Training begonnen. Wir haben viele Spieler, Rotation ist unvermeidlich
Goretzka über das 4:0 gegen Atlético: Glück, dass wir am Anfang nicht gefehlt haben. Es dauerte 10 Minuten, bis wir reinkamen
Klopp über den Sieg gegen Ajax: es war kein strahlender Fußball, aber wir haben drei Punkte geholt