Switzerland

Procès: Attentats de Paris: la remontée des pistes

Après plus de trois semaines consacrées au récit des attaques contre «Charlie Hebdo», le procès historique aborde pour la première fois les faits reprochés aux 14 accusés.

Ce croquis du tribunal créé le 25 septembre 2020, montre Izzana Hamyd, veuve de Cherif Kouachi, au Palais de justice de Paris-

Ce croquis du tribunal créé le 25 septembre 2020, montre Izzana Hamyd, veuve de Cherif Kouachi, au Palais de justice de Paris-

AFP

La maire de Paris Anne Hidalgo répond aux questions des journalistes. (Lundi 21 septembre 2020)

La maire de Paris Anne Hidalgo répond aux questions des journalistes. (Lundi 21 septembre 2020)

AFP

1 / 31

Des traces ADN, des échanges téléphoniques et des rencontres probables: la Cour d’assises spéciale de Paris a commencé lundi à remonter la piste des soutiens dont ont pu bénéficier les auteurs des attentats de janvier 2015, les frères Kouachi et Amédy Coulibaly.

Le procès historique aborde pour la première fois les faits reprochés aux 14 accusés.

Que révèlent les investigations sur leur rôle? Plusieurs enquêteurs sont attendus toute la semaine à la barre, avant l’interrogatoire des accusés à partir du 5 octobre.

Téléphonie

Première à déposer, une enquêtrice de la brigade criminelle revient sur l’analyse de la téléphonie de Chérif et Saïd Kouachi et d’Amédy Coulibaly pour chercher à identifier leurs «correspondants habituels».

Si l’étude détaillée des relevés téléphoniques (ou «fadettes») montre «une grande proximité entre les deux frères» Kouachi – avec «plus de 1000 communications» sur leurs lignes mobiles l’année précédant l’attaque contre «Charlie Hebdo» – aucun échange ne permet de les relier à l’un des accusés.

Le procès des attentats de janvier 2015 à Paris se poursuit (atrchives).

Le procès des attentats de janvier 2015 à Paris se poursuit (atrchives).

KEYSTONE/EPA/YOAN VALAT

Il en est tout autrement pour Amédy Coulibaly, en contact téléphonique quasi «exclusif» les premiers jours de 2015 avec quatre des accusés, connus en détention ou dans une cité de l’Essonne, souligne l’enquêtrice, schémas à l’appui.

Les relais activés par leurs téléphones laissent supposer également des rencontres physiques le 6 janvier 2015, veille de l’attaque contre Charlie Hebdo, ajoute la policière.

D’après l’examen de la téléphonie, un «rendez-vous» entre Amédy Coulibaly et Chérif Kouachi, dans la nuit du 6 au 7 janvier, ne fait par ailleurs «pas de doute», selon l’enquêtrice. Chérif Kouachi aurait ensuite appelé son frère, arrivé le lendemain matin de Reims où il résidait.

Le 7 janvier 2015, à «10 h 19», soit un peu plus d’une heure avant l’attentat contre l’hebdomadaire satirique, Amédy Coulibaly reçoit un SMS de Chérif Kouachi, dont la teneur n’est pas connue. C’est l’un des derniers messages qu’il recevra sur l’un des cinq téléphones utilisés à cette période.

«Points d’interrogation»

Dans les deux box vitrés, les accusés écoutent attentivement les enquêteurs qui se succèdent à la barre.

Commandant à la brigade criminelle, l’un d’eux a passé au crible les véhicules utilisés par Amédy Coulibaly et le «logement conspiratif» qu’il avait loué à Gentilly (Val-de-Marne) avant les attaques.

Dans celui qu’il a utilisé pour se rendre au magasin Hyper Cacher de la Porte de Vincennes, les policiers ont découvert «un certain nombre d’ADN et d’empreintes papillaires», dont celles de Willy Prevost.

Ce proche d’Amédy Coulibaly sera l’un des premiers suspects interpellés dans cette tentaculaire enquête, pour laquelle «37 millions de données téléphoniques» ont été épluchées. Il est aussi l’un des onze accusés présents au procès, trois étant jugés par défaut, dont la compagne en fuite d’Amédy Coulibaly, Hayat Boumeddiene.

L’ADN d’un autre accusé, Nezar Mickaël Pastor Alwatik, ancien codétenu de Coulibaly, a lui été mis en évidence, plus tardivement dans l’enquête, sur l’une des nombreuses armes retrouvées dans le logement de Gentilly et qui n’ont pas été utilisées par le djihadiste lors des attaques.

Pour le commandant de la brigade criminelle, ce grand nombre d’armes laisse à penser que «quelqu’un devait peut-être se joindre à lui» à l’Hyper Cacher. Cinq ans et demi après les faits, il admet qu’un «certain nombre de points d’interrogation subsistent».

L’enquête n’a pas non plus permis de savoir qui a réalisé le montage de la vidéo de revendication d’Amédy Coulibaly, qui se présente comme un «soldat du califat» et s’attribue l’assassinat de la policière Clarissa Jean-Philippe, le 8 janvier 2015 à Montrouge.

Seule certitude, le montage est l’œuvre d’«un tiers» puisqu’il inclut des images de l’assaut policier pendant lequel le djihadiste a été tué.

Dans cette vidéo, diffusée à l’audience, Amédy Coulibaly affirme avoir donné «quelques milliers d’euros» à Chérif Kouachi pour qu’il achète des armes, grâce à des escroqueries aux véhicules. Elles lui auraient rapporté quelque 40’000 euros, selon les enquêteurs.

L’homme qui a reconnu avoir blessé deux personnes à l’arme blanche vendredi a déclaré s’appeler Hassan A. Après avoir analysé son téléphone portable, les enquêteurs ont découvert la photo d’une pièce d’identité portant un autre nom. (Lundi 28 septembre 2020)

L’homme qui a reconnu avoir blessé deux personnes à l’arme blanche vendredi a déclaré s’appeler Hassan A. Après avoir analysé son téléphone portable, les enquêteurs ont découvert la photo d’une pièce d’identité portant un autre nom. (Lundi 28 septembre 2020)

AFP

Un ancien colocataire du principal suspect de l'attaque au hachoir survenue vendredi a été placé en garde à vue. (Samedi 26 septembre 2020)

Un ancien colocataire du principal suspect de l'attaque au hachoir survenue vendredi a été placé en garde à vue. (Samedi 26 septembre 2020)

KEYSTONE

1 / 12

ATS/NXP

Football news:

Troy dini: ich wurde Schwarzes Arschloch genannt, und die sozialen Netzwerke sagten, es sei kein Rassismus. Wollen die Unternehmen das überhaupt ändern? Der Kapitän von Watfroda, Troy dini, verurteilte die Politik der sozialen Netzwerke in Bezug auf Rassendiskriminierung
Miralem Pjanic: Sorry traute den Spielern bei Juventus nicht. Es ist eine Schande, wenn Leute falsch eingeschätzt werden
Wenger darüber, warum Mourinho in dem Buch nicht erwähnt wurde: er wollte nicht über Jose, Klopp oder Pepe sprechen, weil Sie noch arbeiten
Das perfekte Projekt, um Geld zu verlieren. Eine Idee für Träumer. Tebas über die Europäische Premier League
Die katalanischen Behörden haben Barça die Verschiebung des Referendums über das Misstrauensvotum von Bartomeu abgelehnt. Der FC Barcelona hat die übertragung des Referendums über ein Misstrauensvotum an Klubpräsident Josep Bartomeu abgelehnt. Blaugrana wollte das Referendum vom 15.Bis 16. November abhalten und verwies darauf, dass die Veranstaltung mehr Zeit für die Vorbereitung und die Sicherheit der beteiligten benötige
Präsident La Liga über den Abgang von Messi: Das wird kein Drama für uns. Und Sein Ruf wird leiden
Ronaldo ist ein UFC-Fan. Habib ist angeschlagen, hat mit Conor trainiert, ist bei allen Top - Kämpfern unter Vertrag, wird Sicher auch Zuschauen-direkt während des Juventus-Spiels