Switzerland

Quand il s’égare, Xamax n’a pas sa place en Super League

Jusqu’à présent cette saison, à l’exception de quelques défaillances, NE Xamax avait très souvent sinon presque toujours affiché quelques ingrédients qui, à son niveau, demeurent indispensables pour envisager d’accrocher un résultat positif. On veut parler ici d’état d’esprit, de hargne combative et de solidarité, on pourrait aussi évoquer l’implication de ses leaders techniques, etc...

Cela ne lui a pas toujours garanti la victoire sinon les Neuchâtelois n’en seraient pas là mais cela leur permettait au moins de régater en regardant fréquemment, peut-être plus souvent qu’on ne l’aurait pensé, leur vis-à-vis les yeux dans les yeux.

Hara-kiri collectif

Or quand Xamax ne parvient même pas à assurer le minimum et que ses valeurs refuges disparaissent, on s’aperçoit vite qu’il n’a pas sa place en Super League. C’est d’ailleurs exactement ce qui s’est passé dimanche après-midi à la Stockhorn Arena où, dans un rendez-vous dont ils connaissaient pourtant l’enjeu, les visiteurs n’ont pas vraiment existé. Alors oui, humilié par un FC Thoune habitué à faire la loi chez lui et toujours invaincu en 2020 devant son public (avec 16 points récoltés en 6 matches, excusez du peu), Xamax a replongé au moment même où l’on avait décelé les prémices d’un plaisant renouveau quelques jours plus tôt. Ce hara-kiri collectif, tombé sous forme de renoncement, avec un nouveau but encaissé sur corner, est d’autant plus incompréhensible.

Pour Stéphane Henchoz, la désillusion ne doit en être que plus terrible à encaisser, avec un décalage entre ce qu’il attendait et la réalité de ce qu’il a vu. Gesticulant le long de la touche pour haranguer ses joueurs avant de se rendre à l’évidence, l’ancien coach du FC Sion s’est montré le Neuchâtelois le plus actif sur la pelouse bernoise ou juste en dehors, ce qui traduit bien la dérive de ses nouveaux protégés. On attendait des guerriers et du caractère; en lieu et place, on a eu droit à des joueurs trottinant, acceptant trop facilement leur sort parce qu’incapable de se révolter. Sans parler du déchet technique, de ces gestes si mal assurés que le ballon finit dans les pieds de l’adversaire ou directement en touche.

Circonstances atténuantes

Pour faire simple, Thoune a joué comme une équipe qui voulait sauver sa peau tandis que Xamax, sans envie ni idées, a évolué comme le relégué en puissance qu’il est. Emmené par un Grégory Karlen étincelant, c’est Thoune qui s’est créé les occasions les plus tranchantes, c’est Thoune qui a dicté le tempo (quitte à se contenter de gérer l’acquis après la pause), c’est encore lui qui a paru le plus concerné.

S’il est aisé de taper sur la lanterne rouge, il convient de reconnaître toutefois aux Neuchâtelois quelques circonstances atténuantes de nature à justifier leurs coupables errances. En cela, ils ont les victimes collatérales des multiples cas de Covid-19 ayant frappé le FC Zurich et entraîné la mise en quarantaine de toute l’équipe.

Après être passé par la case hôpital dès vendredi pour y subir des tests, les Xamaxiens, confinés à la maison, ont dû patienter durant toute la journée de samedi, le résultat des tests se faisant désirer. «Au laboratoire de Lausanne, pestait le président Christian Binggeli, ils n’ont pas pensé que c’était urgent…» De longues heures durant, chaque joueur en a été quitte pour se demander s’il était contaminé ou non, si sa famille avait pu être infectée, ce qui n’est pas l’idéal pour préparer un match aussi important chacun en conviendra.

Au final, une préparation tronquée, Xamax n’étant arrivé samedi qu’en toute fin de soirée à son hôtel pour y passer la nuit. En matière de mise au vert et de mise en condition, il y a sans doute mieux à faire… Plus d’un supporter a ainsi pu regretter que le match n’ait pas été renvoyé à son tour - il aurait suffi d’un seul cas positif - , ce qui aurait peut-être été la meilleure chose pour une lanterne rouge inoffensive qui ne s’est pas créé la moindre chance d’inquiéter Faivre de toute la deuxième période.

Le prix du maintien

Alors qu’il avait rendez-vous avec son destin, Xamax s’est donc raté. Après s’être pareillement égaré, la question est de savoir s’il peut se retrouver ce mercredi, où une nouvelle finale l’attend lors de la venue du FC Sion. Ses joueurs sauront-ils à nouveau se mobiliser pour mieux défendre leur cause? C'est le prix du maintien.

Un nouvel échec précipiterait la chute de la maison xamaxienne qui, dès lors, n’aurait plus qu’à invoquer le ciel. Mais avant d’espérer un nouveau miracle – personne n’a oublié les circonstances rocambolesques du sauvetage du printemps 2019 -, le club de la Maladière devrait d’abord retrouver la foi. Et ses joueurs la conviction qu’ils valent mieux que la très piteuse impression laissée dans l’Oberland. Mais pour cela, il faudra jouer l’un avec l’autre et non l’un sans l’autre, ce qui suppose une véritable prise de conscience du danger qui guette. Celui de se retrouver en Challenge League dans quelques semaines si rien ne change urgemment.

A moins que le salut de Xamax ne passe par l'arrêt du championnat, une saison blanche ou un hypothétique passage à douze équipes dans l'élite. Mais ceci est déjà une autre histoire...

Nicolas Jacquier, Thoune

Football news:

Nun, über das 0:1 gegen Sevilla: Enttäuschung. Wolverhampton wurde in den letzten Minuten zu oft vermisst
Immobile über Newcastle: Sie riefen meinen Agenten an, als die Scheichs den Club kauften
Liverpool ist zuversichtlich, Thiago Unterschreiben zu können. Der Spieler hat den Vertrag bereits vereinbart und drückt auf die Bayern
Unser Urteil = Angst und Hilflosigkeit. Statt Galoschen und Kashshai – ein seelenloses System, dem es egal ist
Lothar Matthäus: Messi wird nicht reichen, um so eine Bayern zu passieren. Ich habe keine Angst vor Barça
Thomas Tuchel: Mbappé wird gegen Atalanta spielen, wenn nichts passiert
Lille hat den 20-jährigen Stürmer David von Gent übernommen. Er ist der beste Scharfschütze des CONCACAF-Cups