police-nationale-malienne-homme-armee-soldat-militaire-garde-radio-rfm-grand-saxe-patrouilleL’objectif premier de ce nouveau syndicat est de donner une autre image à la police à travers une lutte syndicale digne dans le respect des textes et des normes en la matière.

Crée le 20 janvier 2019, l’Alliance pour la Police République du Mali a tenu son premier congrès, le samedi dernier au Carrefour des Jeunes de Bamako, en présence du contrôleur général Mamadou Guindo, représentant le directeur général de la police; Seydou K. Baradji, secrétaire général de l’APRM et les représentants des différents syndicats de la police.

Au cours de ce congrès, les délégués venus des différentes régions du pays et du district de Bamako ont procédé à la relecture et l’adoption des textes avant de mettre en place un bureau de 30 membres dont 4 femmes pour un mandat de 3 ans. Seydou K. Baradji a été élu secrétaire général.

Dans son intervention, le secrétaire général Seydou K. Baradji a déclaré que ce premier congrès historique de l’Alliance pour la Police République du Mali (APRM) se tient à un moment où le pays fait face à une crise multidimensionnelle qui secoue le nord et surtout le centre de notre pays avec son corolaire de victimes civils, militaires, et paramilitaires.

Selon lui, la tenue de ce congrès offre l’occasion à l’Alliance pour la Police Républicaine du Mali (APRM) de se pencher sur la situation sécuritaire du pays, de faire une analyse objective et faire des propositions concrètes aux plus hautes autorités du pays. Il a également laissé entendre que c’est aussi une tribune pour l’Alliance pour la Police Républicaine du Mali (APRM) de débattre la question relative aux conditions de vie et de travail des policiers sur l’ensemble du territoire national, et surtout de parler de l’avenir du mouvement syndical au sein de la police.

A en croire le secrétaire général, de sa création à nos jours, le jeune syndicat a toujours œuvré pour la paix, l’entente entre les frères d’armes et  combattu l’injustice, les abus de pouvoir sur les policiers sans distinction de grade.

Wassolo

Source : Le Debat