Cote d\'Ivoire

Cancer du sein : la chimiothérapie serait inutile dans un tiers des cas, selon une étude

C’est une tumeur de petite taille, de moins de 2 cm. Elle n’a pas envahi les ganglions lymphatiques et on constate qu’elle est hormonodépendante, c’est-à-dire sous l’influence des œstrogènes et parfois de la progestérone. Cette forme représente la moitié des cancers du sein diagnostiqués en France. Et très souvent, l’ablation de la tumeur est suivie de plusieurs cycles de chimiothérapie, avec tous les effets secondaires qui vont avec.

Les femmes concernées vont également prendre quotidiennement un comprimé d’hormonothérapie pendant cinq ans. Pourtant, on estime que 70% des femmes concernées par ce type pourraient se dispenser de cette chimiothérapie sans pour autant que ce leur soit préjudiciable, selon une étude présentée dimanche 3 juin à Chicago (Etats-Unis), à la conférence de la Société américaine d'oncologie clinique.

Une étude qui a duré neuf ans

Comment le sait-on ? Grâce à ce qu’on appelle une "signature génomique", un test combinant 21 gènes et qui permet d’établir un score de récidive. Ce test – Oncotype Dx – définit trois zones de 0 à 10, de 11 à 25 et de 26 à 100. Dans la première zone, on ne fait pas de chimiothérapie, dans la troisième on la fait sans discuter. Mais que faire pour un score intermédiaire ?

Une étude intitulée TAILORx, menée sur neuf ans auprès de 6 711 femmes, vient d'apporter des éléments de réponse solides. Les femmes ont été divisées en deux groupes, l’un recevant seulement l’hormonothérapie, le second recevant chimiothérapie et hormonothérapie. Et les chercheurs ont constaté que 83,3% des femmes sous hormonothérapie et 84,3% traitées classiquement n’avaient pas vu la maladie évoluer. Le nombre de femmes vivantes était par ailleurs le même dans les deux groupes : 89%.

Un test qui coûte cher

Les auteurs estiment donc que chez les femmes de plus de 50 ans dont le score de récidive est dans la zone 0-25, la chimiothérapie est inutile. Pour les femmes de moins de 50 ans, un score entre 0 et 15 rend aussi la chimiothérapie non utile. En revanche, pour les femmes de moins de 50 ans dont le score est entre 16 et 25, il faut recourir à la chimiothérapie. Au total, on estime donc que dans 70% de ces cancers du sein précoces, la chimiothérapie ne se justifie pas.

En France, ce test Oncotype Dx, qui vaut 3 000 euros, n’est pas aisément disponible. Non remboursé, il est pris en charge sur une enveloppe destiné à financer l’innovation. La grosse difficulté, c’est qu’on ne dispose pas d’une évaluation permettant de savoir à quelles femmes il serait destiné et bénéfique. Il est en effet inutile de le faire passer à toutes les femmes car on sait déjà, dans un certain nombre de cas, à qui on fera ou ne fera pas de chimiothérapie. Il existe trois autres tests de ce genre sur le marché. Mais les résultats de cette étude ne peuvent pas leur être transposés.

(avec franceinfo)


Football news:

Zaa from crystal Palace showed racist threats from the instagram account. The police detained a 12-year-old (!) schoolboy
Ole Gunnar Solskjaer: no One wins alone, unless you're Maradona
Ocampos on Messi: you Look at him as a God, but he is real. Leo helps the players
Solskjaer on the martial-Rashford-Greenwood trio: Nothing new for Manchester United. Remember Ronaldo, Rooney and Tevez?
Josep Bartomeu: Barcelona have won La Liga 8 times in 11 years. Historic achievement
Lineker on the CAS decision on Manchester City: it's Hard to know what will happen to the FFP rules after this
Holand's busy holidays: first I sawed trees with my father, then I had a fight with a security guard at a night club