Congo
An article was changed on the original website An article was changed on the original website An article was changed on the original website An article was changed on the original website An article was changed on the original website An article was changed on the original website An article was changed on the original website An article was changed on the original website An article was changed on the original website An article was changed on the original website An article was changed on the original website An article was changed on the original website An article was changed on the original website An article was changed on the original website An article was changed on the original website An article was changed on the original website An article was changed on the original website An article was changed on the original website An article was changed on the original website An article was changed on the original website An article was changed on the original website An article was changed on the original website An article was changed on the original website An article was changed on the original website An article was changed on the original website An article was changed on the original website An article was changed on the original website

Antidote ?

This post has already been read 49 times!

Comment les prochaines élections pourront-elles être paisiblement tenues pour résoudre l’impasse politique congolaise dans le décor de discordes du moment? Bien d’âmes s’interrogent. A une dizaine de jours du premier go pour les dépôts des candidatures à la course électorale, en effet, la méfiance reste de mise à travers  l’agora politique sur bien d’options pour l’organisation des élections promises pour le 23 décembre 2018. La confiance, disait un poète congolais dans une mélopée, est comme un fil. S’il est rompu par une trahison, même renoué, il gardera les traces du raté à travers la présence d’un nœud. Justement, selon plusieurs, l’état actuel des choses et la léthargie pré-électorale sont les fruits des traces persistantes des trahisons d’hier et d’une énième crise de confiance d’aujourd’hui sur l’agora politique. Et, moult observations viennent nourrir cette thèse. Car, de l’examen des discordes autour de l’usage de la machine à voter, l’utilisation du fichier électoral en son état actuel après la publication du rapport de l’Organisation Internationale de la Francophonie, l’organisation des élections par une CENI et sous l’ère d’un CSAC non-redynamisés, le parfum de méfiance pend aux nez.  Plus loin encore, il faille même compléter ce tableau avec cette exigence dite TSK comprendre une Transition Sans Kabila.

Les opposants taxent le régime en place de roublard parce que, pour eux, la mouvance a illustré cet état de chose par une application sclérosée de l’Accord dûment signé après les heurts du 19 décembre 2016 pour éviter un saut dans l’inconnu en 2017, dans un Congo-Kinshasa alors en proie à une crise politico-électorale grave. La conclusion des arrangements particuliers au Palais du Peuple  sans les Evêques catholiques, puis la nomination de Bruno Tshibala sont perçus comme des abus de  confiance vis-à-vis de l’Opposition radicale pour un glissement du Pouvoir de 2016 à 2017 moyennant des élections en décembre 2017. Rendez-vous qui s’est avéré manqué, par ailleurs. Ainsi, avec ces éléments suspicieux, le doute est non seulement permis mais recommandé à l’Opposition radicale, à en croire ses ténors. Ce qui pousse à se demander s’il y aura adhésion ou boycotte à l’étape du 23 juin au 8 août, en passant par le 23 juillet. Mystère !

De leur coté, par ailleurs, les communicateurs de la MP décrient, eux aussi, ce qu’ils qualifient de caractère versatile des opposants qui, la nuit, dans les conciliabules, concluent ceci puis, en plein jour, devant leurs bases, racontent cela. Les rumeurs sur des entrées dans le Gouvernement dont à la Primature seraient le fruit de cette transhumance des politiques congolais dont plusieurs estampillés MP ou Opposition seraient encore très Zaïrois. Soit !

Pendant que le niet à un troisième mandat du Président Kabila est vociféré avec force à Kinshasa comme ailleurs et que bien de membres de sa famille politique reviennent sur le sujet, l’opinion se retrouve encore ballotée entre les slogans ‘’Yebela et Wumela ‘’sur fond de lancinantes interrogations sur les chances de réussite de la thérapeutique des élections du 23 décembre sur l’impasse politico-électorale congolaise. Donc, désormais, il y a lieu de se demander si la crise de confiance actuelle ne va pas agir comme un antidote au remède ‘’élections ‘’ censé être administré au patient Congo pour sa guérison du mal politico-électorale né en 2016.  Si oui, comme la logique le démontrerait selon certains, il y a lieu de prévenir avant de guérir après élections ou rixes, en concoctant l’antidote à la méfiance ou à la tension qui règne.

Football news:

Kike Setien: Griezmann played a great match, understood Messi well, scored a great goal. We changed something
Barca President on the Real Madrid match: VAR always favours one team. I have an unpleasant feeling
Faty scored the 9,000 th goal in the history of Barcelona
Griezmann scored in La Liga for the first time since February with a pass from Messi
Suarez came out on the 3rd place in the list of the best Barca Goalscorers in history
Guardiola lost 3 away games in a row in the League for the first time in his career
About Lautaro Marotta: He has not shown the slightest desire to leave