Alimentation végétalienne, intolérance au lactose, désir de variété: les raisons de choisir le lait végétal sont nombreuses. Avant tout, la protection du climat : diverses études suggèrent que la production d'un litre de lait de vache est aussi néfaste pour le climat que la combustion d'un litre d'essence - notamment parce que les ruminants libèrent du méthane pendant la digestion. Toutefois, cela s'applique au lait issu de l'élevage de masse. Selon l'association Demeter, une vache dont le fumier est utilisé comme engrais et qui paît dans la prairie peut même contribuer à améliorer le climat en favorisant la formation d'humus, qui à son tour lie le carbone. L'origine du lait et son mode de production sont donc importants. Et cette conclusion s'applique également à l'équilibre environnemental des substituts du lait.

Lait de soja

"Buvez du lait de soja et vous détruirez la forêt tropicale !" C'est sûr que les végétaliens ne peuvent plus d'entendre cette phrase. Mais est-ce que c'est vrai? Le fait est que la culture du soja au Brésil est l'une des principales causes de l'accélération du déboisement des forêts amazoniennes. Mais il est également vrai que les haricots riches en protéines sont exportés presque exclusivement comme aliments pour animaux pour l'élevage de masse, c'est-à-dire pour la consommation de viande en Europe. Le soja à partir duquel le tofu et les boissons qui remplace du lait sont fabriqués provient, à quelques exceptions près, du Canada et de l'Europe et, dans certains cas, même directement de Belgique. Cela vaut en particulier pour les produits biologiques. Ceux-ci sont généralement exemptes d'OGM, tandis que les plantations d'Amérique du Sud et d'Etats-Unis cultivent du soja génétiquement modifié. Donc le bilan écologique par rapport au lait de vache est plutôt positif.

Lait d'amande

Le lait d'amande est l'une des alternatives au lait les plus savoureuses - malheureusement avec un mauvais équilibre environnemental. Les plus grandes zones de culture d'amandes se trouvent en Californie. Là où l'eau est déjà rare, 10 000 litres d'eau sont utilisés pour produire un kilo d'amandes. Ce n'est pas beaucoup mieux pour la récolte d'amandes en Méditerranée. De plus, les amandiers sont pollinisés par des colonies d'abeilles itinérantes. En raison de la propagation massive des agents pathogènes et des parasites, ceux-ci sont probablement en partie responsables de la mortalité mondiale des abeilles. Le bilan écologique est donc négatif.

Lait de riz

Les boissons de riz ont un goût sucré, mais posent également des problèmes : si le riz est cultivé humide, comme dans la plupart des pays, il libère du méthane ; s'il est cultivé sec, l'oxyde nitreux s'échappe dans l'air. Les deux gaz à effet de serre sont beaucoup plus nocifs que le CO2. Dans de nombreuses zones de culture en Asie, des pesticides sont utilisés et les travailleurs sont mal payés. Comme il ne reste presque rien des précieux nutriments d'un grain de riz dans le "lait", la mauvaise conscience n'en vaut pas la peine. Le lait de riz de "Libuni" (pas vendu en Belgique) est une exception : ici, le riz est issu de l'agriculture biologique en Italie et en le vendant sous forme de concentré, l'emballage est également économisé. Le bilan est quand-même plutôt négatif.

Lait d'avoine

Les baristas ne jurent que par le lait d'avoine : le succédané de lait peut être si bien moussé qu'il fonctionne même dans les cappuccinos. Le bilan climatique est également positif : la plupart des fabricants produisent de l'avoine à partir de cultures locales, ce qui réduit les circuits. De plus, le grain des panicules est très résistant, c'est pourquoi peu depulvérisation est nécessaire dans les champs conventionnels. En termes de valeur nutritionnelle seulement, le lait d'avoine ne peut cependant pas concurrencer le lait de vache, c'est pourquoi certains fabricants enrichissent artificiellement le mélange eau/avoine en calcium, vitamines et sucre. Le lait d'avoine a un bilan écologique positif.

Lupins

Les lupins ne font que muer dans la concurrence indigène du soja. Jusqu'à présent, ils ont été une culture antérieure populaire pour la culture céréalière, en particulier pour l'agriculture biologique. En tant que légumineuses, elles peuvent fixer l'azote de l'air à l'aide de bactéries nodule et ainsi améliorer le sol. Les fruits riches en protéines, qui ressemblent à des haricots jaunes, étaient principalement utilisés comme aliments pour animaux. Il y a quelques années seulement, l'Institut Fraunhofer a reconnu sa valeur en tant que base protéique pour le lait et les substituts de viande, qu'il commercialise depuis sous forme de spin-off sous le nom de "Made with Luve". Le seul inconvénient est que la liste des ingrédients des boissons à base de lupin est assez longue en raison des stabilisants, des régulateurs d'acidité et des édulcorants. Le bilan reste positif.

Greta Pralle

Source: GEO