Ce lundi matin, un sentiment de joie et d'émotion régnait à l'hôpital UZ de Bruxelles lorsque le petit Kaïs, 4 ans, a dit au revoir aux infirmières et aux médecins qui se sont occupés de lui ces derniers jours. Avec leur aide le petit garçon a réussi à combattre la maladie infantile rare de PIMS-TS, également connue sous le nom de MIS-C. Le PIMS-TS est un syndrome qui n'existait pas avant l'apparition des premières infections au Covid-19. Très similaire à la maladie de Kawasaki, le PIMS est une réponse inflammatoire sévère du corps à une infection, peut atteindre entre autres les fonctions cardiaques de l'enfant. 

Il y a une semaine, Kaïs est sorti de son coma artificiel, ce qui était déjà une très bonne nouvelle. Ce lundi, le petit garçon de 4 ans a même pu quitter l'hôpital pour rentrer chez lui grâce à de bons résultats suite à plusieurs tests médicaux.  Interrogé par nos confrères de Het Laatste Nieuws, la papa, Grégory Chaudy, ne pouvait cacher son bonheur.  "C'est un grand soulagement pour nous que le chapitre à l'hôpital soit enfin terminé", explique-t-il par téléphone avec la voix de Kaîs en bruit de fond, occupé à chanter une chanson. "Il joue à nouveau et il est heureux, mais ce n'est pas encore tout à fait la même chose", reconnaît le père. 

"Il avait beaucoup plus d'énergie. Il doit encore aller mieux et doit dormir beaucoup. Le coma et les machines qui l'ont aidé avec la respiration lui laissent encore des marques", détaille Grégory Chaudy qui en a également profité pour remercier le personnel de l'hôpital. "Ils ont travaillé très dur pour Kaïs et les autres patients. Nous leur sommes éternellement reconnaissants pour leurs bons soins. Quand les politiciens liront ceci, je veux leur dire une chose: prenez bien soin de ces gens. Ils le méritent vraiment."