Récemment, Donald Trump avait fait savoir qu'il soupçonnait le vote par correspondance, système qui risque d'être mis en place lors des prochaines élections américaines en raison du coronavirus, d'être frauduleux. Il avait même menacé de reporter les élections qui se tiendront lors du mois de novembre. Ce mardi 4 août, Brianna Keilar, une journaliste de CNN, interviewait à ce sujet Mercedes Schlapp, la principale conseillère de campagne du président des Etats-Unis. La journaliste a souhaité commencer l'entretien en rappelant que la fraude électorale est généralement "statistiquement insignifiante" et a même demandé à la conseillère de citer des exemples concrets qui apporteraient du poids aux propos de Donald Trump. La situation est alors très vite devenue tendue entre les deux femmes.

Mercedes Schlapp est néanmoins restée ferme sur ses positions. "Nous avons un problème avec la fraude postale. Vous pourriez ne pas le penser. Je pense que toute fraude devrait être inacceptable et je pense que nous devons préserver l'intégrité de cette élection et l'intégrité des électeurs également", a-t-elle expliqué. Elle a également affirmé que les bulletins de vote sont envoyés "non vérifiés". Une affirmation à laquelle la journaliste a vivement réagi. "Mercedes, vous soulevez quelque chose qui n'existe pas, qui est statistiquement insignifiant (...) Pourquoi faites-vous cela? Pourquoi dénoncez-vous le vote par correspondance qui donnerait aux gens la possibilité d'exercer leur droit de vote en tant qu'Américain?", lui a-t-elle lancé.

Les deux femmes ont ensuite poursuivi l'interview en s'attardant sur la cas du Nevada. La conseillère a ainsi demandé à la journaliste si cela lui semblait normal que l'Etat permette à ses habitants de voter trois jours après les élections. Une question que la journaliste a balayé d'un revers de la main. "Mercedes, c'est simplement inutile (...) vous dites un tas de conneries", a conclu la journaliste, pour le moins agacée.