Belgique Les navetteurs ont perdu plus de 59 000 heures d’ouverture des guichets en deux ans (entre 2017 et 2019).

En 2018, la vente via les canaux digitaux, comprenant les automates, a représenté environ deux tiers des ventes des billets à la SNCB. Mais pour l’ASBL Navetteurs.be, ces résultats sont trompeurs. "On réduit les horaires des guichets, et même parfois pour certaines grandes gares. Ainsi, en période de vacances, du personnel de la SNCB vient dans les files renvoyer les gens vers les automates. On renvoie donc clairement l’usager vers les bornes, ce qui modifie les chiffres de fréquentation. Le nombre de guichets étant limité, les gens n’ont d’autre choix que de se tourner vers les automates", analyse Gianni Tabbone, porte-parole de l’association des navetteurs.

(...)