logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo
star Bookmark: Tag Tag Tag Tag Tag
Belgium

Pocognoli à l’Union pour retrouver le plaisir de jouer: «Je ne suis pas revanchard, juste ambitieux»

Après un an et demi de contrariétés au Standard, Sébastien Pocognoli a décidé de retrouver le plaisir de jouer en D1B. Libéré de son contrat par les Rouches début janvier, le latéral gauche de 32 ans n’a pas tardé à se trouver un nouveau club et c’est à l’Union Saint-Gilloise qu’il a posé ses valises. « Je ne suis pas revanchard, juste ambitieux », a déclaré l’ancien international belge mardi en conférence de presse.

Séduit par les personnes en place à l’Union, Pocognoli veut avant tout retrouver le plaisir. « Je ne voulais pas partir à l’étranger pour des raisons personnelles. L’Union est le club qui correspondait le mieux à mes attentes, celles de vouloir participer à un projet sérieux. Je veux faire de l’Union le club qu’il était par le passé », a déclaré le joueur dans les travées du stade Marien. « Je veux surtout prendre du plaisir, car je n’en ai pas eu beaucoup depuis un an », a avoué Pocognoli, qui a répété à l’envi être ambitieux et ne pas avoir pensé à la fin de sa carrière.

Passé par Brighton (2016-2017) où il a connu les joies d’une montée, l’arrière gauche aimerait retrouver ce bonheur. « L’année prochaine sera dans la continuité de celle-ci. Je suis ambitieux et une montée est un très bon moment. Mon but est de prendre du plaisir et d’en donner aux autres, mais cela passera par beaucoup de travail. »

Âgé de 32 ans, Pocognoli va faire office de taulier au sein du vestiaire des Saint-Gillois. « C’est sûr que j’ai plus de vécu qu’eux et j’espère pouvoir le leur apporter. Le groupe a les qualités pour faire de bonnes choses mais nous pouvons en améliorer certaines autres », a-t-il analysé.

Le joueur, qui a avoué avoir pointé Malines et l’Union pour rebondir, « deux clubs avec un public et une tradition », pourrait également constituer une solution dans l’axe de la défense. « C’est envisageable. J’y ai fait quelques entraînements avec le Standard pour laisser grandir certains joueurs. Je m’y sens bien et cela ne me fait pas peur d’y évoluer. »

Samedi, ’Poco’ a assisté depuis le banc à la défaite de l’Union contre Oud-Heverlee Louvain (2-3). Avec 9 points, les Unionistes pointent à la 6e place de la seconde tranche mais n’accusent qu’un retard de trois points sur le Beerschot (12), leader et adversaire des Bruxellois samedi. « Le match de samedi sera très important pour le résultat final de la tranche », a avoué le latéral.

Après une « bonne semaine d’entraînement », Pocognoli pourrait jouer dès ce samedi. « Le coach décidera. Si je dois jouer tout le match, je donnerai le maximum. »

La chronique

  • Après le psychodrame du Brexit, les distances d’Harry et Meghan ne déplaisent pas forcément

    Plus que jamais en ces temps troublés du Brexit, la monarchie apparaît comme le seul point fixe dans la tourmente. Fastueuse, intemporelle, la royauté s’offre comme un rempart devant les remous d’une histoire qui s’accélère.

    En effet, le texte, qui permettra au Royaume-Uni de quitter officiellement l’Union européenne le 31 janvier a été adopté haut la main par la nouvelle Chambre des Communes. Lors de sa venue simultanée à Londres, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, s’est engagée à travailler « jour et nuit » en vue de forger une nouvelle relation post-Brexit entre Londres et Bruxelles. Le chemin demeure semé d’embûches en raison du calendrier serré d’ici la date butoir de la fin de la période de transition au 31 décembre fixée par le Premier ministre, Boris Johnson.

    ...

    Lire la suite

Themes
ICO