"Il est rentré, il a marqué et il nous a fait du bien." Le défenseur nantais Nicolas Pallois peut se montrer aussi rugueux dans ses interventions qu’efficace et concis dans ses résumés. Ce qu’il a démontré au moment d’évoquer la prestation de Renaud Emond.

Deux éléments chiffrés manquent à son récit : l’attaquant aligné 14 minutes contre Nîmes et 17 à Monaco, a marqué cette fois sur son premier ballon 34 secondes seulement après son apparition quand sa reprise du gauche opportuniste a permis aux siens d’obtenir un point mérité contre Saint-Étienne (85e).

Son deuxième but avec les Canaris huit mois et deux jours après le premier contre Lyon en Coupe de France s’inscrit aussi dans un autre contexte. Façon reconquête. Avec un Christian Gourcuff pas forcément convaincu par son profil, l’ancien capitaine du Standard n’a pas vraiment eu le temps de s’illustrer l’an passé, voyant notamment Simon recentré lui passer devant ou Coulibaly lui être préféré.

À nouveau aligné sur un côté, Simon a retrouvé son habitat naturel et Coulibaly est à l’infirmerie mais l’éclosion surprise de Randal Kolo Muanié, revenu de son prêt à Boulogne (D3), a encore obscurci l’horizon d’Emond. Et que Gourcuff n’est pas eu un mot pour l’auteur de son égalisation quand il a salué la performance de Muanié "qui s’inscrit complètement dans ce qu’on veut faire" n’est pas forcément signe d’un prochain changement de situation pour un joueur qui, dans nos colonnes, se disait "frustré ne pas avoir montré ce que je vaux". Mais qui a aussi rappelé qu’il pouvait être sacrément efficace…